• Dans ma vie de Nîmes, je ne me lasse pas de la beauté naturelle, du patrimoine architectural, de la douceur de vivre de cette ville. Nîmes, ville moyenne, à taille humaine, délicieuse et douce à tout point de vue.

    Voici ma petite promenade du jour.

    On commence par le cœur vert de la ville, je veux parler du jardin de la fontaine, l'orgueil des Nîmois. Je vous le ferai visiter une prochaine fois. Je longe le jardin, et me laisse séduire comme d'habitude par les jets d'eau qui forment invariablement un arc en ciel!

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

    Puis, je longe les quais de la fontaine.

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

     

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

    Voici, la vue globale du quai de la fontaine vue du boulevard Victor Hugo. Le canal est barré d'un barrage de pierre, où barbotent canes et canards au grand plaisir des passants, petits et grands. On distingue les jolis balcons et leurs ferronneries ouvragées en douceur qui ornent chaque façade.

     

    Square Antonin.

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

    En face des quais de la fontaine, on arrive sur le square Antonin. Sur cette jolie place qui adoucit le flux des voitures, les ferronneries, et les jarres sont peintes d'un doux gris qui sait encaisser les rayons du soleil.

    Au milieu trône la statue de l’empereur, Antonin, le Pieux, originaire de Nîmes.

    Je longe la rue de l'Agau, pour m'enfoncer dans le cœur de la ville, vers les Halles(voir article) dans la rue Guizot. Je passe devant  Pokawa (restaurant Hawaïen, spécialisé dans les Poké bowls) qui affiche en gros une flatterie bienvenue! Je vous laisse juge!

     

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

     

    Pour le plaisir des yeux, je photographie, vers la tour de l'horloge, la façade de la célèbre boutique "Souleiado"! Inutile de traduire, n'est-ce pas?

    Qui veut être Nîmois doit posséder au moins une chemise Souleiado! 

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

    Je remonte la rue Guizot, et passe la rue Littré.

    Une petite rue toute imprégnée de moyen âge.

    Dans cette rue, des restaurants avec de bonnes cartes.

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

     

    Une mini placette se cache au milieu de la rue...

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

     

    Je remonte par la rue du grand couvent, un ancien couvent des Ursulines, puis temple protestant.

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

     

    Je me dirige vers la rue de la Lampèze pour grimper sur les hauteurs charmantes de la ville, et cette façade égayée par ces fameuses ferronneries, ces volets ouverts pour laisser entrer la douceur du jour, m'interpelle assez pour la partager avec vous.

    Flânerie à Nîmes, proposition de promenade.

     

    Et nous finirons par cette petite évidence sur fond bleu, bien entendu.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Nous vivons une expérience inédite mondiale! Tous en même temps!  Les femmes, les hommes et les enfants de tous les pays de la planète, appliquent les mêmes gestes, respectent les mêmes règles afin de lutter contre un virus si minuscule, mais si présent.

    Les vaccinations pleuvent et le premier pays à avoir bénéficié du vaccin, est Israël. On le sait tous, mais savez-vous pourquoi? Pourquoi ce petit pays a eu la gageure de commencer?

    Voici une histoire incroyable qui commence il y a bien longtemps dans un pays chaud de la méditerranée.  A Thessalonique, une ville portuaire grecque, ouverte sur la mer Égée.

    La ville abritait une communauté juive paisible. Thessalonique était une ville de diaspora importante depuis plusieurs siècles et on la surnommait: "la Jérusalem des Balkans". Jusqu'en 1939, 60 000 Juifs vivaient paisiblement. Les dockers qui faisaient aussi partie de cette communauté, appliquait le Shabbat le samedi, si bien que le port ne fonctionnait pas ce jour-là. 

    Hitler pris d'assaut la Grèce, en avril 1941, afin d’asseoir sa position face à ses ennemis. 50 000 juifs de cette communauté, ont été exterminés à Birkenau, en très peu de temps. Une famille est lourdement touchée, mais ses survivants reviennent s'installer à Thessalonique.

    Au sein de cette famille de rescapés, naît un enfant appelé Israël-Abraham, le 21 Octobre 1961.

    Il devient un brillant étudiant, valide son diplôme de Vétérinaire, son doctorat en biotechnologie de la reproduction, à l'université Aristote de Thessalonique.

     

    A l'âge de 34 ans, il s'installe aux Etats Unis et décide de changer son prénom: ce sera Albert.

    Il travaille alors, pour une grande société pharmaceutique, crée en 1849, par deux jeunes imigrants allemands, Charles Pfizer et Charles Erhart.  Albert grimpe les échelons, devient "Head manager" .

    Il est nommé PDG dès le mois de Janvier 2019. Son ascension est tout à fait remarquable.

    Il décide d'orienter les efforts de son entreprise vers un vaccin contre un nouveau coronavirus, appelé Covid 19. La société fournit de considérables efforts financiers et technologiques, fusionne avec une autre société, Biontech, et aboutit, un an plus tard, au vaccin. Un tout nouvel espoir dans la lutte contre la pandémie.

    Le vaccin Pfizer sera distribué largement, notamment en Europe et en Allemagne.

    Mais le premier pays vacciné sera son pays de cœur, afin d'honorer les victimes de l'holocauste, lui fils et petits fils de rescapés. Il sauvera sa communauté soit, mais également le pays à l'origine de l'holocauste. Bien sûr, l'histoire de la vaccination de l'état Hébreu n'est peut-être pas aussi édulcorée, car l'argent a été un moteur dans les échanges, sans parler d'une quatrième phase maîtrisée,  mais le résultat est le même.

    Je vous ai raconté l'histoire d'Albert Bourla PDG de Pfizer.

    Une belle histoire, vraie et inspirante en ces temps troublés.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Voici une nouvelle rubrique, consacrée à la cuisine pour les Petits.

    Mercredi, c'est Marius! Une phrase qui n'est pas de moi, mais de Marius lui-même qui, nous entendant parler de petits voyages, nous a repris:"Attention, mamie, Mercredi, c'est Marius!" 

    Donc, pendant cette délicieuse journée d'échange avec mon petit-fils, j'ai décidé de l'initier doucement à la cuisine.

    Première petite recette d'entrée: les tomates cerises piquées de mozzarella.

     

    Ingrédients:

    • Tomates cerises
    • Piques à olives
    • Mozzarella

    On commence par laver les menottes qui vont travailler.

    Prévoir d'installer l'enfant confortablement, avec tout le nécessaire à disposition. A savoir, un couteau, une planche à découper, les ingrédients et une assiette pour recueillir le fruit de leur travail.

    On découpe les tomates cerises en deux, la mozzarella en petit morceau, à peu près équivalent au diamètre de la tomate( évaluation toute relative!)

    On rejoint les trois parties et on les réunit grâce à la pique savamment plantée, au centre de la demie tomate.

    On laisse l'enfant dresser les assiettes en complétant selon les goûts de chacun, avec de la salade par exemple.

    On ne manque pas de féliciter l'enfant, et de s'extasier sur cette entrée délicieuse et plaisante à voir.

    Je vous dis à mercredi prochain, avec Marius, bien sûr!

    Recette pour petits, tomates cerise piquées de Mozzarella.

    Recette pour petits, tomates cerise piquées de Mozzarella.

     

    Recette pour petits, tomates cerise piquées de Mozzarella.

    Recette pour petits, tomates cerise piquées de Mozzarella.

    Recette pour petits, tomates cerise piquées de Mozzarella.

    Recette pour petits, tomates cerise piquées de Mozzarella.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Smoothie pommes bananes.

     

     

     

    Je teste mon "nouveau jouet", à savoir le Soup & plus de Moulinex. D'autant que la période des soupes va bientôt arriver bien qu'ici, à Nîmes, l'échéance sera plus tardive que sur Nancy! En attendant, je me tourne vers les smoothies, les sauces, les milkshakes, ou les compotes. Avec ce produit, les enfants vont consommer des fruits, même les plus réticents, c'est sûr!

     

    Ingrédients:

    • 5 pommes
    • 1 banane
    • un cube de gingembre
    • une cuillère à soupe de sirop d'agave
    • 250 ml de lait d'amandes

     

    Peler et découper vos pommes.

    Enlever la peau de la banane et la couper en rondelles.

    Placer les fruits coupés dans la cuve.

    Ajouter le cube de gingembre pelé, la cuillère à soupe de sirop d'agave, et le lait d'amandes. 

    Mettre en route le robot, sur vitesse deux et deux minutes trente en temps.

    Vous obtiendrez un smoothie crémeux, avec un goût très juste et authentique.

    Je ne mets pas de cannelle, à mon grand regret car mon mari ne la supporte pas, mais je vous la conseille.

    Je testerai d'autres variations avec des oranges pressées en remplacement du lait. Ou de l'eau de coco, ou de la crème de coco. Vous l'avez compris toutes les variations sont possibles!

     

    Smoothie pommes bananes.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les Longués de Montpellier.

    En arrivant à Nîmes, j'ai fait le tour des boulangeries-pâtisseries, accompagnée de mon petit-fils, fin gourmet.Le pain a une part de responsabilité dans un bon repas à notre table. Alors, j'ai goûté les différents pains, les différentes fougasses aux grattons, les biscuits secs souvent garnis d'amandes et enfin, j'ai découvert ce fameux longué, dont Marius, Romain , et ma mère raffolent! Un biscuit long qui a l'énorme avantage d'avoir des bouts croquants et bien cuits.

    Qu'à cela ne tienne, je pars à la recherche de la recette et j'apprends ainsi qu'elle ne contient pas d’œuf, mais du vin! Il s'agit bien d'un biscuit sec avec un arôme particulier certainement dû à cet alcool. Les longués sont aussi appelés les zezettes de Sète. Un biscuit du Sud, comme dirait les gens de l'Est!

    Allons-y, la recette est simple, et les enfants peuvent y participer, car il y a un petit temps de façonnage.

    Ingrédients:

    • 100 ml de vin rosé(ou vin blanc)
    • 100 ml d'huile(pour moi, huile d'olive, mais vous pouvez faire un mélange d'huile)
    • 100 gr de sucre
    • 350 gr de farine
    • 1 c à c de bicarbonate
    • 1 assiette de sucre roux

     

    Verser l'huile à température ambiante dans le bol de votre robot, puis, le sucre, le vin, la farine en pluie, et le bicarbonate.

    Mixer le tout jusqu'à obtention d'une belle pâte luisante et tendre.

    Les Longués de Montpellier.

     

    Couper votre boule en quatre parts égales, étaler grossièrement les pâtons et couper des morceaux de même grosseur.

    Rouler la pâte, dans la paume de vos mains  pour former un boudin que vous poserez à plat sur votre planche de façon à l'étirer aux extrémités. 

     

    Les Longués de Montpellier.

    Les Longués de Montpellier.

     

     

    Vient ensuite le passage obligé dans l'assiette saupoudrée de sucre roux. Le sucre s'accroche très facilement à la pâte.

     

    Les Longués de Montpellier.

     

     

    Vous disposez vos biscuits sur du papier cuisson.

     

    Les Longués de Montpellier.

     

     

    Enfourner à four chaud, 180°, pendant 20 mn. 

     

    Les Longués de Montpellier.

    Pour les gourmands, déposer quelques biscuits dans une coupe. Quant aux autres biscuits, les placer dans une boîte métallique et ne refermez le couvercle que lorsque les biscuits sont froids et ne dégagent plus aucune chaleur.

    Maintenant, c'est à vous!

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les halles de Nîmes.

    Est-ce l'ambiance décontractée du sud, est-ce la profusion? Ou les couleurs définitivement chaleureuses dans une palette disposant de soleil et de chaleur? Est-ce cette mélodie parlée au coin de chaque lèvre? Ces éclats de rire et ces voix fortes, et assurées?  

    Et ce ne sont pas les masques qui empêchent quoi que ce soit de transparaître. Non! A croire même qu'ils en rajoutent!

    Depuis que j'habite Nîmes, j'ai ce sentiment d'appartenance qu'ils ont tous!

    Et je ne suis pas loin de dire comme eux: "Mais Nîmes, c'est le centre du monde!", ou bien, "Tous les chemins mènent à Nîmes"! Il faut savoir qu'ici, l'emphase est d'usage. Pas de modération dans l'exagération.

    Les halles sont vivantes, incontournables et très fréquentées! Situées au cœur de la ville, dans l'écusson,( le centre historique) c'est son ventre qui dégueule de toutes les spécialités chères aux Nîmois. Lesquelles? Je vais y venir! Les halles, c'est le lieu "de promotion des meilleures saveurs locales".

    Les halles de Nîmes.

    Les halles ne sont pas toutes jeunes puisqu'elles vont fêter leur 130 ans! L'idée de créer un marché couvert, de rassembler tous les métiers de bouche, permettait de réunir dans un lieu unique tous les commerçants de bouche, mais aussi  de récolter plus facilement les taxes. Construites en une année, elles ont eu droit à quelques modifications et une mise aux normes.

    3500 mètres carrés et une centaine de commerçants et d'artisans puisque la coupole, centre commercial, s'est greffée aux halles. Autant dire que vous pouvez passer des heures agréables en plein centre et bouder les habituels centres commerciaux périphériques et tentaculaires.

     

    Les halles de Nîmes.

     

    Huile d'olive, olives, diverses tapenades et surtout, la brandade de Nîmes..et de morue aussi!

     

    Les halles de Nîmes.

    Un étal de pomme de terre, chacune avec un goût particulier à découvrir. Les camarguaises avaient la saveur de l'enfance pour mon mari!

     

    Les halles de Nîmes.

    Les fruits et légumes du pays, se pâment et offrent négligemment couleurs et odeurs!

     

    Les halles de Nîmes.

    La maison Villaret, "ma maison préférée"! Le pain Nîmois au levain, les fougasses aux grattons, aux olives, les croquants..en fait, je lui consacrerai un article , ce sera plus simple.

     

    Les halles de Nîmes.

    Vous l'avez remarqué, le nîmois est très gourmand, et gourmet. Un étal est consacré à la crème chantilly, au fromage blanc, au coulis de fraise, à la crème de marron. 

    Les halles de Nîmes.

    Et je ne vous parle pas des traiteurs! 

    On y trouve en plus, deux restaurants et une buvette.

    iLes halles de Nîmes.

    Dernièrement, les halles ont pu se gausser de l'obtention d'un titre glorieux pour l'un de ses restaurateurs. En effet, Joannes Richard,Nîmois, a été sacré champion de France, pour le meilleur Burger! On y vient,"Nîmes centre du monde"!!Il a remporté la coupe de France le 28 Juin à Paris. Le Hamburger s'appelle le Nemausus,(Nom antique de la ville) en l'honneur de sa ville natale. A 32 ans, ce jeune patron de chez Jo, aux halles fait face au succès avec beaucoup de modestie et répond avec amusement et simplicité à toutes les félicitations des nîmois. Il utilise tous les produits du coin (oignons et piments des Cévennes,salicorne et sel de Camargue,steak de l’Aubrac, pièce noire de taureau, et tomme d'Arles)

    Les halles de Nîmes.

                                            Le Nemausus.

    Les halles de Nîmes.

     

    Joannes RICHARD.

    Ma vie de Nîmes est un enchantement tant cette ville réunit de multiples sensations!

    Les halles de Nîmes, c'est un peu ma maison de pain d'épice , celle de Hansel et Gretel.

    Un lieu à visiter au même titre que tous les monuments de la romanité.

     

    Les dernières photos...

    Les halles de Nîmes.

    Les halles de Nîmes.

    Les halles de Nîmes.

    Les halles de Nîmes.

    Et bien d'autres encore!

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires