• Mazo de la Roche, la mystérieuse.

    Grande romancière canadienne, Mazo de la Roche a écris une saga époustouflante qui s'est vendue à plus de 11 millions d'exemplaires. 

    Née le 15 Janvier 1879, à Newmarket, dans l'Ontario. Province située au Centre-Est du Canada.

    Fille unique de William Roche, représentant de commerce un peu farfelu (Un optimiste malchanceux!)et d'Alberta Lundy, de santé fragile. Son grand-père a des ascendances françaises, et sa grand-mère est d'origine irlandaise. 

    La famille est accueillie dans la grande maison des Lundy. Entourée par une grande famille chaleureuse et intellectuelle, le climat est propice à éveiller son intelligence et son don. Mazo lit beaucoup, et elle écrit sa première nouvelle à l'âge de 9 ans. 

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

    1887:  Ses parents recueillent leur nièce, orpheline, Caroline.

    Caroline Clément ne quittera plus Mazo jusqu'à la mort de cette dernière. (12.07.1961)

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

    A l'époque, les journalistes ne se sont pas appesantis sur leur mode de vie. 

    Les deux cousines jouent beaucoup et se soutiennent inconditionnellement. 

    Mazo étudie l'art et l'anglais à l'université de Toronto. 

    1915: Mort de son père. Mazo se consacre exclusivement à l'écriture.

    1917: Caroline trouve un emploi, pour subvenir à leurs besoins. Mazo écrit, et publie dans des revues canadiennes.

    1920: Mort de sa mère.

    1923, 1926, publication de deux romans. "Possession" et "Delight" .

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

    Cottage in Clarkson. 1925

     

    Puis, ce fut la grande année, 1927, avec le premier livre de ce qui sera une grande saga: "JALNA."

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

     

     

    Avec ce livre, elle remporte le prix d'un magazine américain,  accompagné d'une somme de 10000 dollars, ce qui lui vaut une renommée mondiale immédiate, à l'âge de 48 ans.

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

    Sa cousine démissionne pour se consacrer à l'écriture des suites de Jalna. Elles vont écrire ensemble, rédiger à quatre mains, la saga, soit 16 livres  retraçant une dynastie, celle des Whiteoak, sur un siècle. Le manoir de la famille est un élément des plus intéressants du roman, puisque c'est lui qui porte le nom de Jalna.  De l'Inde au Canada, en passant par l'Angleterre, et l'Irlande. Des personnages flamboyants, un microcosme où se heurtent des tempéraments de feux, une maison qui abrite jalousement toutes les générations d'enfants légitimes ou pas. L'équivalent d'une série croustillante. On raconte que le nom des protagonistes de la série, aurait été inspiré par les noms gravés sur les pierres tombales d'un cimetière proche du domicile de Mazo.

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

     

     

    On dit que Mazo n'aurait pas continué l'histoire sans une certaine pression médiatique et probablement, celle de son éditeur. Quoi qu'il en soit, à sa mort, elle aura vendu plus de onze millions de livres et c'est sans compter les nouvelles éditions qui fleurissent depuis deux ans.

     

     

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

    Mazo et sa cousine décident de s'installer en Angleterre, dans le Devon de 1930 à 1942.

    1931: Le couple a adopté deux enfants, que l'on a dit orphelin, sans que ce soit vérifié. Elles auraient rencontré un couple qui serait décédé peu après, laissant deux enfants seuls et démunis. Une autre version parle d'une adoption favorisée, en haut lieu, grâce à son éditeur Mac Millan. 

    Noms des enfants: René (1930-1984) et Esmée. (1928)

    Retour au Canada avec ses deux enfants.

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

     

     

    Jalna est devenu un film en 1935, et deux séries télévisées , une en 1972, et une seconde en 1994. Plusieurs de ses romans sont placés comme best-sellers, pendant quelques années.

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

     

     

    Dans cette chronique familiale, on peut retrouver des fragments de sa propre vie. Elle prête son caractère et ses aspirations profondes à tous les personnages. Jalna est un mélange de toutes les maisons habitées au cours de sa vie, transformée en maison idéale.

    Pour les fans de "Twilght" de Stephenie Meyer, je ne peux m'empêcher de remarquer les prénoms d'Esmée et René.  L'association des deux étant suffisamment surprenante pour m'interroger sur l'influence de Mazo de la Roche sur ce choix.

     Elle meurt le 12 Juillet 1961, à Toronto, veillée par sa chère cousine. Mais quant à savoir ce que devient Caroline Clément? Elle est la grande oubliée de cette histoire, et à l'instar de sa vie, elle est morte quelques années après, en 1972, dans l'indifférence totale.

    Elles sont enterrées toutes les deux, côte à côte, au cimetière Saint Georges, au Lac Simcoe, en Ontario.

     

     

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

     

     

    Pour Mazo, il faut se rendre également à l'évidence que son héritage "Jalna", est sauvé de l'oubli malgré le peu de reconnaissance de son oeuvre dans le milieu littéraire.

    Soit, une école de français par immersion, porte son nom, un quartier de Londres, rend hommage aux personnages de Jalna, les rues étant baptisées des noms des Whiteoaks, mais à part ça, rien de concret, hormis une plaque commémorative....

    On dit que Caroline aurait jeté au feu, les carnets de Mazo, après sa mort.

    Mazo de la Roche a fui les médias toute sa vie, recherchant le calme. Et ce goût de l'anonymat a fait place net, la rayant peu à peu de la scène. Elle porte probablement une part de responsabilité dans ce manque de reconnaissance, mais je trouve que c'est terriblement injuste au nom de toutes les lectrices qui ont palpité au gré des pages de la chronique de Jalna. 

    Mazo fait partie de l'héritage littéraire canadien, bien que le Canada ne l'ait pas soutenue de son vivant.  

    Son héritage d'émotion littéraire n'est pas en adéquation avec ce grand néant.

    Fort heureusement, une production canadienne a réalisé un film sur le mystère de sa vie.

     

    A voir sur Viméo:   https://vimeo.com/209927325

    Mazo est dans chacun des personnages des Whiteoaks. Les lire, est impératif si vous voulez un peu la saisir.

    A sa mort, elle a laissé plus de 50 romans, des livres pour enfants, (Trois petits diables), des nouvelles, des pièces de théâtres

     

    Mazo de la Roche, la mystérieuse.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un autre village emblématique, à connaître!

    Le village des  artistes, des peintres.

    Saint-Paul-de -Vence.

    Il ne se dévoile qu'aux courageux qui passent Cagne sur Mer, et vont dans les terres, jusqu'à cet éperon rocheux. 

    Coincé entre sa petite soeur, Vence et La colle sur Loup.

    Vue sur la mer d'un côté et à l'opposé, vue sur les montagnes.

    Les pierres prennent le soleil et restituent une couleur chaude.

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

    Chaque habitant a cette conscience de nicher dans un écrin, si bien que chaque maison est précieusement décorée.

     

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Attention, deux yeux perçants nous observent de son promontoire...

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    L'enchevêtrement des ruelles respecte l'ordre initié dès l'époque médiévale.

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

    Et au sol, toujours les galets polis par le ressac de la mer, et déposés comme offrandes aux habitants de la French Riviera.

    Les habitants de la région, reconnaissants, ont su se parer de ces pierres...précieuses.

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

     

    Simone Signoret et Yves Montand ont habité le haut du village.

    Chagall y a passé les dernières années de sa vie.

    Matisse n'était pas loin!

     

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

    Les visages de femmes caractéristiques ..au goût de Matisse et de Chagall..

     

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

     

     Toutes les rues mènent au coeur du village qui abrite calmement le lavoir et la fontaine.

     

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

    Le coeur du village battait au son de l'eau.

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

    Saint-Paul-de-Vence, place forte, fortifiée bien avant d'être un lieu de villégialture...

     

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

     

    Histoire d'un petit restaurant, à l'entrée du village.

    En 1930, un couple , Paul et Baptistine Roux, fils de paysan, proposaient aux premiers touristes artistes, et aux villageois, de goûter les spécialités de la région, pissaladière, et pan-bagnat.

    Au vu du succès, ils agrandissent et proposent des chambres.

    "Ici, on loge à pied, à cheval et en peinture!"

    Ils viennent tous loger dans la charmante et accueillante auberge, Léger, Matisse, Picasso, Chagall, Braque...et les murs sont décorés de leurs peintures!

    C'est une auberge-Musée!

    La Colombe d'Or trône fièrement à l'entrée du village...

    Saint-Paul-de-Vence on French Riviera

     

     

    Et ne dévoile ses trésors, qu'au prix d'une réservation!

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Menton, "est située aux confins de l'Italie. de la  Principauté de Monaco et du Comté de Nice".

    Climat Subtropical. Voilà qui fait rêver la Lorraine que je suis devenue!

    La cité du citron, le paradis des jardins, vitrine architecturale incomparable de la French Rivierra.

    Voici des photos d'une visite de la Cité:

     

    Menton, la French Riviera

    Explosion de couleurs pastel, chaudes, enveloppantes .

    Esprits émerveillés et apaisés.

    Coeur historique médiévale.

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Ruelles improbables, étroites...sinueuses qui serpentent  dans la colline jusqu'au cimetière...

    Menton, la French Riviera.

    Détail du parvis de l'église des Pénitents...petits galets en mosaïques.

    Ma mère, alors qu'elle était interne chez les religieuses à Nice, me disait que les élèves devaient ramasser sur la plage des petits galets pour ce type de projets...il y a , sur ce parvis une trace de maman, et je le regarde différemment, avec un sentiment de fierté et d'appartenance, probablement le même sentiment que devaient ressentir les bâtisseurs de cathédrale

    Il y a un peu d'elle ici!

    Menton, la French Riviera

     La chapelle des pénitents blancs, construite au XVII° siècle.

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

     

    Dignes et immuables demeures face à la mer, contre la roche.

    Statuaires magnifiques, mausolées extravagants, pierres tombales émouvantes, promenade insolite.

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Et je ne suis pas la seule à m'intéresser à la statuaire du lieu!

    Bon, il s'agit de mes fils, ceci explique cela!

    Menton, la French Riviera

    Des tombes anglaises...Il ne faut pas oublier que les anglais fortunés venaient chercher le soleil de la Riviera. C'est leur présence qui a façonné la côte d'azur, et a favorisé son essor. Il n'y avait à l'époque que des petits ports de pêche...

    Menton, la French Riviera

     

    Mausolée russe dédié à des princes venus chercher la paix et la douceur de vivre.

    Et comme on parle de "l'americain way of life," on peut concrètement parler de la" Riviera way of life" de la fin du XX° siècle au début du XXI° siècle, plébiscité par les russes et les anglais!

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    En redescendant vers la mer...

    Menton, la French Riviera

    Les façades jaunes soleil bardées de volets à persiennes caractéristiques, et c'est l'Italie qui résonne!

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Menton, la French Riviera

    Le musée Jean Cocteau.

    L'âme des artistes est saisie par La Riviera ,comme tout un chacun...

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Nancy et son hypercentre à Noël.

    Le grand sapin, choisi dans les Vosges et rapatrié sur la place Stan pour un dernier feu! Il trône du haut de ses 22 mètres, jusque début Janvier.

    La ville est en fête tous les soirs! 

    Une grande roue sur la place Carrière!

    Nancy et son hypercentre à Noël.

    Jolie symétrie pour la grande roue sous une arche de la porte Héré, nom de l'architecte de Stanislas.(1735)

    Nancy et son hypercentre à Noël.

    La rue Héré grouille de monde, lien entre les deux places, l'hypercentre animé. 

    Le centre, avec ses multiples restaurants, cafés, brasseries.

    Nancy et son hypercentre à Noël.

    Et bien sûr, notre bon roi Stanislas, dans sa bulle bleue. 

    Un spectacle a lieu tous les soirs pour fêter Saint Nicolas!

    Nancy et son hypercentre à Noël.

    Stanislas et l'hôtel de ville.

    Pour finir, une autre curiosité, le palais des congrès qui fait bouger le centre de Nancy vers la gare.

    D'ailleurs, cette année, nous avons la chance de bénéficier d'une patinoire, place Simone Veil, anciennement place Thiers.

    Nancy et son hypercentre à Noël.

    Le taureau rouge en bronze de Gé Pellini, artiste lorrain.

    Nancy et son hypercentre à Noël.

     

    La patinoire.

    La photo n'est pas très jolie, mais on peut voir le Flo, chef d'oeuvre de l'art lorrain qui a failli disparaître au profit d'une seconde tour, aussi disgracieuse que la tour Thiers! Malgré tout, cette tour aura bien sa petite sœur, puisque nous allons voir s'ériger sur cette place, une autre tour de 8 étages juste en face du Flo!

    Je parlerai aussi du marché de Noël, mais je n'ai pas de photos. Au vu des événements, nous sommes très peu sortis cette année.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  Le Livre sur la place 2018 est , le premier salon littéraire de la saison.  Mais qui plus est, la quarantième édition! Les écrivains étaient de la fête, des écrivains people, comme Guillaume Musso ou Marc Lévy, et d'autres plus confidentiels mais tout autant appréciés par les lecteurs...

    Les dix académiciens Goncourt présidaient cette 40° édition.

     

    Le livre sur la place 2018

    Edmond de Goncourt. 

    L'académie Goncourt a été créée par Edmond de Goncourt, né le 22 mai 1822 à Nancy. Cette académie est composée de dix femmes et hommes de lettres , chargés chaque année de remettre un prix littéraire. Les 10 ont fait leur première sélection pendant ce salon. Il faut savoir que Nancy est dépositaire de toutes les archives des frères Goncourt!

    Bref, les lorrains ont été gâtés et ils étaient au rendez-vous, très nombreux, dès le vendredi matin.

    Je consacre ma journée de vendredi à cette découverte, avide de rencontres qui ne manqueront pas de se faire, comme chaque année. Nancy , me voilà! Le temps se prête à l’événement, tout semble  parfait.

    Le livre sur la place 2018

    Le livre sur la place 2018

    Je passe la place Stanislas qui ne cesse de me ravir, je m'engage dans la rue Héré qui sert de passage vers une autre place, la place Carrière, investie du grand chapiteau. Des barrières se resserrent pour limiter le flux et permettre une fouille à chaque passant. Tout le monde se prête au contrôle, nous sommes tous habitués et rassurés par la procédure qui semble éloigner tout risque.

     

    Le livre sur la place 2018

    Le livre sur la place 2018

    Le livre sur la place 2018

    Le livre sur la place 2018

    Le parvis de la place est ceint  de petits chapiteau , qui permettent aux radios d’interviewer les écrivains, ou des forums entre journalistes et auteurs. Tout ne se joue pas ici. Des conférences se succèdent à l’hôtel de ville, à l'opéra, à l'aquarium...

    Le livre sur la place 2018

    L'agencement est sobre, pelouse en carré, bancs, les plantes sont moins présentes que l'an dernier, l'espace est plus vacant.

    Sous le chapiteau, une certaine effervescence, une mise en place en cours avec ce moment d'excitation propre à l'attente..le salon se met en place et on voit les studieux, les laborieux,  les écervelés qui semblent ne pas être vraiment encore ici, les papillons qui volettent avec plus ou moins de légèreté, les scolaires qui réunissent leur matériel, les doux affolés...j'aime ces moments sans maîtrise...Tout se met en place pour la grande parade.

    Aujourd'hui, Guillaume Musso est invité à l’hôtel de ville. Une amie doit me rejoindre vers 13h, la conférence commence à 14h. ce n'est pas cher payer pour connaitre ce phénomène de l'écriture. Je m'attable sur le passage Héré, mes emplettes , fières, sur la chaise à côté et je jette un œil sur la queue qui se forme déjà contre sur la place Stan. Je m'octroie un moment de détente en regardant les passants et imaginant leur vie à certains indices.

    Au bout d'une heure dix d'attente, les portes de l’hôtel de ville s'ouvrent enfin et nous gravissons dans une urgence collective,  les majestueux escaliers. Nous choisissons des places sur le côté, permettant une vue centrale. Le journaliste fait des essais voix avant l'arrivée de l'auteur. Je signale à une "ouvreuse" qu'on l'entend très mal. Elle se dirige vers une autre personne avec un badge et elles semblent se concentrer sur un ampli. Le son sort enfin, le journaliste est  audible!

    Guillaume Musso entre sous les applaudissements et la conférence commence. Je suis prête, j'ai dégainé mon crayon à papier et ouvert mon carnet fétiche. Je tends l'oreille, le son est tellement mauvais que je ne comprends que quelques mots par phrases. Je me concentre, les yeux rivés sur les feuilles du carnet. Les mots clés me sont inaudibles. 

    Je lève la tête et observe la foule assise pour détecter chez les autres,  ce qui est en train de m'irriter de plus en plus. Je vois certains visages grimacer et d'autres visages tendus vers la scène. Je me tourne vers deux jeunes filles sur ma gauche: elles sont jeunes et doivent avoir une bonne ouie. Je murmure, "Vous entendez?". Elles tournent leur tête de gauche à droite. 

    L'irritation me fait respirer vite. Je n'ai pas fait 70 minutes de queue pour ne pas entendre Monsieur Musso et ne comprendre que le journaliste! Je me lève brusquement et me dirige à pas décidé vers l'"ouvreuse" qui me regarde avec de grands yeux, se demandant probablement quelle mouche m'avait piquée. J'essaie de murmure à son oreille: "On n'entend pas monsieur Musso", comme si elle ne s'en était pas rendue compte!

    Elle part vers le fameux ampli et tourne un bouton alors que je regagne ma place tout autant décidée.

    Et soudain, la voix de Guillaume Musso rempli cette immense salle.

    Et c'est d'une voix qui fait un grand "Haaaaa" que l'assemblée lui répond. Applaudissements..

    Je peux reprendre, non sans une petite fierté , mon crayon et noter les "confidences" de l'auteur.

     

    Le livre sur la place 2018

    Le livre sur la place 2018

    GUILLAUME MUSSO.

    La vie de Monsieur Musso, est, comme toutes les autres vies,rythmées par le quotidien.  Sa journée commence comme celle d'un papa qui doit  amener son fils à l'école. Puis il s'installe dans son bureau de 9h à 19h. C'est là que sa vie diffère de la nôtre, puisque, lui, il écrit, seul. Enfin pas vraiment, il est entouré de tous ses personnages qui n'appartiennent qu'à lui, tant que le roman s'écrit. Quand il allume son ordinateur, il se demande ce que vont faire ses personnages. Il essaie de rentrer dans leur univers . Lui, il sait vers quoi ils vont mais comment?  Les personnages ont une autonomie insoupçonnée!

    Maintenant Guillaume Musso est capable d'écrire n'importe où.  Il a appris à s'extraire de la réalité, du quotidien, alors qu'à ses débuts, il était plutôt fétichiste, et il s'installait de la même façon et à l'endroit même où il avait écrit son premier livre.

    Pour lui, écrire, c'est être pieds nus et gravir l'Himalaya. La terreur de l'écriture l'a quittée, et comme un prisonnier, il s'est libéré de ses propres chaînes. Il lutte également contre tout risque de médiocrité. 

    Il est passé en Lorraine pour enseigner, notamment à l'IUFM de Lorraine, de 1999 à 2003! Enseignant, "il aimait amener les élèves avec lui"

    Il a une idéologie des lieux. "Les lieux façonnent les hommes. Le lieu est au service du scénario." Il apporte un soin plus particulier aux atmosphères. D'ailleurs, il soigne particulièrement tous les détails du décor, par respect vis à vis du lecteur. Il est primordial d'être crédible. Il explique que pour son dernier livre, il était en panne sur une scène, mais à partir du moment où il a su la placer, dans la chapelle de Biot, il a pu continuer l'écriture. Le lieu et son décorum ont tout débloqué.

    Pour cela il fait des recherches poussées, tel un journaliste , il enquête, investigue, prend des photos, cherche sur internet.

    Il s’intéresse plus au suspense lié à la psychologie intime, et la vie secrète des personnages, plutôt qu'au suspense lié à l'action. C'est la nouvelle orientation qu'il se donne. 

    Il est "attentif à la fluidité de son écriture, il sait qu'il est difficile de faire simple."

    Le succès aurait pu changer Guillaume Musso, mais il ne vit pas avec des gens du milieu artistique et de l'édition. Il vit avec des gens qui se lèvent tous les matins pour aller bosser. Et même si le succès n'était plus là, il aurait mauvaise grâce de se planidre.

    Il écrit depuis ses 15 ans. Il travaille 10 mois sur 12.

    Ecrire c'est réécrire et encore réécrire . C'est un travail de Samouraï. 

    "Je déteste écrire, j'adore avoir déjà écrit, façonner, préciser, couper. Le moment le plus jouissif, c'est la réécriture!"

    S'il a un conseil, c'est trouver sa singularité!

     

    Le livre sur la place 2018

    Lorraine Foucher.

    Un visage bienveillant, un sourire généreux, une présence qui s'impose, voilà un auteur à plusieurs vies , un auteur dont la vie est déjà un roman. Elle a un prénom en l'honneur de notre région, parce qu'elle est la fille d'un ministre d'un certain  Général, elle a baigné dans un atmosphère intellectuelle de haute lignée puisque ses parents fréquentaient Mauriac,Malrau, Maurois. Mais les derniers mots de son père furent pour son admiration sur le métier de médecin et son histoire porte les traces d'un testament spirituel. Elle devient médecin , urgentiste...ce n'est que lorsqu'elle signe le certificat de décès de Marguerite Duras, qu'elle décide de tout lâcher et d'écouter son instinct. Son devoir étant accompli. 

    Elle vit entre Paris et le Morbihan. 

    Elle a écrit 19 romans, avec des titres enchanteurs comme "entre ciel et Lou", "La mélodie des jours"..

    Elle est ici pour présenter son dernier roman:"Poste restante à Locmaria"

    Son écriture est naturellement douce et humaine....

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Laure Manel

    Enseignante en Lettres et Romancière. On connait "la délicatesse du homard", là, elle nous invite "A la mélancolie du kangourou". Et sur ce joli visage semble planer cette mélancolie...

     

     

    Le livre sur la place 2018

     Elise Fisher

     La romancière préférée du chapiteau, il n'y a qu'à voir la fréquentation de son stand. Elle occupe une large place sur le "hall du livre", sans pour autant pouvoir accepter la moitié de ses livres. Elle est présente sur les trois jours, et signe toute la journée avec le sourire et des anecdotes qui scotchent toutes les lectrices. Elle est un spectacle à elle seule. 

    Pour son dernier roman, elle nous entraîne dans la vie des "Femmes des terres salées". L'histoire des salines...

    Elle livre la Lorraine à coups de romans historiques touchant. C'est elle qui m'a appris l'histoire de cette belle région.

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Mireille Calmel.

    Une vie ponctuée de tournants, de maladies, et pourtant une romancière douce, romanesque avec ce qu'il faut d'assise historique pour vous emporter dans une ambiance passée, médiévale et vous immerger dans un autre espace temps. Il y a, par exemple, "le lit d'Aliénor", pour Aliénor d’Aquitaine, région adoptée par l'auteur.

    Les deux derniers tomes des "Lionnes de Venise", nous entraînent dans la cité des masques au 17° siècle. 

     

     

    Le livre sur la place 2018

    R.J.Ellory

    Curieux personnage que cet écrivain britannique.Sa vie vaut plusieurs romans, et il se situe dans la trempe de David Copperfield. Oui, il a vécu des drames qui lui ont donné des armes redoutables mais orientés vers l'écriture coûte que coûte! Si je vous dis qu'il ne connait pas son père, que son grand-père est mort noyé, que sa mère meurt d'une pneumonie quand il a 7 ans, qu'il est recueilli par sa grand-mère. Mais que celle-ci, trop âgée, décide de le placer à l'orphelinat...et il continue dans cette ambiance macabre, passant même par la prison, suite à des vols pour se nourrir, jusqu'à ce que l'écriture le sauve...

    Il écrit des polars, des thrillers! Ici, "les fantômes de Manhattan".

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Antonin Varenne.

     Voilà une rencontre différente...c'est cette charmante éditrice qui m'a interpellée, parce qu'elle a parlé de "son écrivain" d'une façon absolument délicieuse. Elle connait son oeuvre et la défend comme une mère émerveillée par les capacités de son enfant. C'était charmant et méritant.

    Mais voilà encore une vie de roman. Un enfant élevé sur un bateau naviguant aux quatre coins du monde, des études à Nanterre. Il va vivre un moment sur Toulouse. Il sera alpiniste du bâtiment, puis va travailler en Islande, au Mexique et ce seront les Appalaches qui vont le retenir et le tourner vers l'écriture.

    Il présente "La toile du monde".

     

    Le livre sur la place 2018

     

    Aurélie Valogne 

    Aurélie est une jolie jeune femme talentueuse d'une grande simplicité.

    C'est le phénomène littéraire sur lequel l'édition n'aurait peut-être pas misé mais qui a été imposé par le public grâce à une plate-forme d'auto-édition.

    Obligée de démissionner pour suivre son mari en Italie, à Milan, elle se retrouve un peu face à elle-même et décide de se lancer dans l'écriture d'un roman. Pour son premier roman, elle écrit, le matin, dans le café en face de chez elle, de 8h à 13h. Ensuite, elle prend des cours d'italien. Son mari et son amie à qui elle fait lire son roman, sont enthousiastes, mais elle préfère utiliser une plate forme d'auto-édition.

    Elle crée sa couverture vichy pour être vue parmi les autres. 

    Le nombre des lecteurs augmente si vite qu'une maison d'édition s’intéresse tout de suite à elle. En route pour le succès! Avec Mémé dans les orties!

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Carène Ponte.

    Romancière née en 1980, discrète mais elle irradiait le jour de cette photo.

    Elle a un blog, "des mots et moi"

    Elle a deux enfants.

    Elle a écrit des romans vivants:"un merci de trop" et "tu as promis que tu vivrais pour moi".

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Alain Mabanckou.

    Je vous parle d'un Grand Homme. Il est né à Pointe-Noire,au Congo, fait ses études et obtient une bourses pour étudier en France. Il passe un DEA de droit. Maman veut qu'il devienne avocat.

    Il travaille pendant une dizaine d'année dans le groupe Suez, mais continue d'écrire comme il le fait depuis son adolescence. Il édite un livre: "bleu-blanc-rouge"qui obtient un prix littéraire. Il y a aussi "les mémoires du porc épic". Prix Renaudot en 2006.

    Il est professeur titulaire en littérature franco-phone, à l'université de Californie et vit actuellement à Santa Monica.

    Il dit" le danger pour un écrivain noir, est de s'enfermer dans sa noirceur"...

    Il écrit un livre sur James Baldwin,  "demain, j'aurai 20 ans", "Petit piment"...

    Il est chevalier de la Légion d'honneur!

     

    Le livre sur la place 2018

    Olivier Adam.

    L'auteur du roman "Je vais bien, ne t"en fais pas". Une telle merveille, un tel nœud d'émotion!

    Il a fait des études de gestion d'entreprise, et après "un trou noir" se met à l'écriture...Il signe plusieurs romans courtisés par des prix, il écrit aussi pour la jeunesse et co-signe des scénarios.

    Là, il présente son dernier livre "Chanson de la ville silencieuse".

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Maison d'édition ELICHKA.

    Il s'agit d'une maison dédition alsacienne qui présente des contes d'auteurs bulgare illustré par des artistes français.

    Le livre sur la place 2018

    Neige et Contes de Noël. Auteur Anguel Karaliitchev, mort en 1972 a écrit des contes inspirés du folklore bulgare.

    Livre magnifiquement illustré par Elisabeth K Hamon, originaire de Marseille, diplômée d'Arts appliqués, travaille dans la mode sous le pseudo: Lili H.

    "Marichka et Marie", Autre joli conte, idéal pour les cadeaux de Noël.

    Je tiens à remercier l'éditrice qui m'a offert un livre, avec qui j'ai bien discutée. J'étais séduite par ses livres et elle était une vigoureuse professionnelle. Nous nous sommes rejointes dans cette échange.

     

     

    Le livre sur la place 2018

     

    Le livre sur la place 2018

     

    Les éditions feuilles de menthe.

    A connaitre! une édition qui promeut la culture régionale sous forme de jolis livres cartonnés, faits de  petites histoires, cloturées par une recette. Ainsi, vous pouvez faire connaître à vos enfants, l'histoire de la madeleine, des Mannele(Voir ma recette de mannele, une des première), du pain d'épice, des bretzels...

    Ils éditent également une brochure trimestrielle,gratuite, très attendue dans le milieu enseignant.

    Leur but est de mettre du lien entre les générations par le biais de la culture. 

     

     

    Les éditions Belges, Maurice Carême. 

    Qui n'a pas appris des poèmes de Maurice Carême, ou fait réciter à ses enfants des poèmes de Maurice Carême?

    Tout le monde , on est bien d'accord. 

    Des recueils de poèmes sont édités pour le musée consacré au poète.

     

     

    Le livre sur la place 2018

     Samuel Delage.

    Voilà, un jeune homme tout à fait singulier. Il vit à nantes. Il s'oriente vers des études d'ingénieur et pratique son métier pendant 10 ans. Mais l'écriture est si forte qu'il écrit et édite son premier roman qui fut un succès dans l'édition des polars.

    "Code Salamandre" en 2011. Et en 2016, il obtient un prix, pour "Cabale Pyramidion".

    Il ne travaille plus comme ingénieur depuis peu. Mais, il participe à une chronique sur FR3 Pays de Loire, journaliste en criminologie, il écrit des scénarios policiers en cours d'étude. 

    Il fait des ateliers d'écriture dans les écoles.

    Il participe également au blog des libraires: "les petits mots des libraires".

    Le livre sur la place est son premier salon, il en est ravi! Nous aussi!

    Monsieur Delage vous faite partie de ces rencontres enthousiasmante de ce salon.

    A ses côtés un autres auteur tout aussi singulier.

     

     

    Le livre sur la place 2018

    Sylvain Larue.

    Voilà, un sacré numéro. Un tout jeune homme, né en 1982. Complètement autodidacte, il est un véritable historien, spécialiste de la criminalité. Cette passion lui est venue très tôt, dès l'âge de 14 ans!

    Son premier livre publié à 21 ans!

    Il est l'auteur de 18 ouvrages dans la collection, "les grandes affaires criminelles".

    C'est un ami qui lui conseille de "s'émanciper" et de se lancer dans le roman. Sage conseil...il en est à son troisième roman, le quatrième est en cours m'a t'il dit.

    Il se lance dans le roman policier avec "L'oeil du Goupil"

    Voilà un petit génie!

     

    Et il y avait les autres...

    Le livre sur la place 2018

     

    Jean-Christophe Rufin.

    Le livre sur la place 2018

    Le livre sur la place 2018

     

    Eric-Emmanuel Schmitt

    Le livre sur la place 2018

     

    Joan Sfar, niçois comme moi!

    Le livre sur la place 2018

     

    Je ne la nomme pas...la bienveillante!

     

    Le livre sur la place 2018

     Philippe Claudel. 

     Et le Magnifique, l'écorché, l'humaniste...

    Le livre sur la place 2018

    Philippe Torreton.

    J'ai fait un peu ma groupie, même si ce n'est pas mon style, mais le personnage le vaut bien!

    Je lui ai reparlé de son film: "ça commence aujourd'hui". Je travaillais à l'époque comme infirmière scolaire et ce film faisait écho de ce que je voyais, sans pouvoir vraiment en parler et surtout face à l'incompréhension des gens pour cet autre monde, celui de la misère. 

    C'est un film qui a été très éprouvant pour lui, et les descriptions étaient bien en deçà de la réalité!

     

    Voici mon livre sur la place 2018, écrit tardivement suite à des petits soucis de santé et également, parce que je suis en pleine écriture.

    Merci à tous les auteurs présents.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Bataville, une ville est née...

    Février 2016, Bata France est placé en redressement judiciaire , le groupe s'étant déclaré en cessation de paiements.

    En effet, les ventes s'effondrent en Europe, sauf en Italie, depuis 2000. En France, la filiale est en  dépôt de bilan.

    Pour les derniers 136 magasins, certains sont repris par Go sport par exemple.

    Du temps de sa splendeur, la France a compté jusqu'à 450 magasins, en 1980!

     

    Tout a commencé...

    A Zlin, en 1894.

    A cette époque, la ville est située dans l'empire Austro-Hongrois. Elle est actuellement en République Tchèque proclamée depuis 1993.

    La famille Bat'a (Orthographe exacte à l'époque des début de Tomas), est dans la fabrication de chaussures depuis plus de huit générations, soit 300 ans. Il ne s'agit pas d'une aventure hasardeuse. 

    Tomas Bat'a, 21 ans, décide de construire avec son frère(Antonin) et sa sœur(Ana), un site industriel avec l'argent dont il a hérité de sa mère.

     

    Bataville, une ville est née...

     

    Tomas va participer à l'essor de la ville en implantant son usine prospère.

     L'entreprise commence avec 14 employés et quelques années après, elle en compte plus d'une centaine.

     

     1895.

    Bataville, une ville est née...

    Sa sœur se marie et son frère entre dans l'armée.

    Il se retrouve seul à la tête de l'entreprise.

    1897.

    Il lance sa toute première chaussure textile,la Batovka.

    Bataville, une ville est née...

    1904.

    Rien ne semble arrêter Tomas. Le succès le galvanise et il décide de se tourner vers les USA, le pays de tous les possibles. Il étudie les méthodes utilisées dans les usines automobile de Ford. Celui-ci ,inspiré du taylorisme(production réfléchie) met en place des chaines de production qui augmentent la rentabilité du travail sur un objet unique et fait baisser le coût de production.

     

    1905.

    250 employés et 2200 paires fabriquées par jour!

    Bataville, une ville est née...

     

     

    1917.

    2 millions de paires par jour produites par 5000 employés.Les exportations ont démarré dès 1909.

    Pendant la première guerre, l'industrie est florissante puisqu'elle chausse l'armée austro-hongroise.

    Tomas continue de s'inspirer du modèle Ford en créant des cités d'habitations pour loger les ouvriers et des infrastructures propres à l'épanouissement de la sphère familiale de chaque employé. C'est le modèle paternaliste.

     

    1925.

     Tomas s'entoure d'architecte audacieux, et décide de construire une usine moderne, et une "petite ville" annexe pour les ouvriers. Il succombe au mouvement Bauhaus.

     

    Bauhaus, mouvement architectural, né ,en 1919, en Allemagne, de la nécessité de reconstruction après guerre: les "créations doivent être nécessaires, justes et neutres"...

    Bataville, une ville est née...

    La cité mère de la firme est remodelée selon ce principe, une cité jardin, où tout a été "dessiné selon un même gabarit, par démultiplication d'un cube de béton armé de 6.15 m de côté, de l'usine aux logements des ouvriers, en passant par l'école, l'infirmerie, ou l'épicerie"...

    A noter que chaque maison ouvrière bénéficiait de l'eau et de l’électricité.

    Il introduit un système d'aide sociale très en avance, met en place la semaine de 5 jours de travail .

    Il inscrivait sur les murs: "La réflexion est pour les gens, le travail pour les machines".

    Il inculquait la confiance dans le travail, chez Bata, puisqu' ils  avaient pour mission de chausser la planète!

     

    1925

    Bata fait évoluer ses ouvriers, et met en place un système de primes liés au profit de l'entreprise.

    Les initiatives sont favorisées, et une école du travail Bata est créée!

    1931

    Avec la'apparition des droits de douane, Tomas contourne le problème en construisant des usines dans plusieurs pays de l’Europe, en Inde et aux Etats Unis.

    1932

    Bataville, une ville est née...

    Alors qu'il se rend en Suisse pour superviser une de ses usines, tomas meurt dans un accident d'avion.

    La marque Bata survit , Thomas junior reprend les rênes.

    Les usines de l'est seront réquisitionnées par les nazis, puis nationalisées par le communisme d'après guerre. Mais Bata survit grâce à la prévoyance de son fondateurs et de toutes les usines en dehors de l'Europe de l'Est.

    Bataville, une ville est née...

    1946

    Fondation de l'entreprise au Canada de "Thomas Bata Junior"

    1990

    Bataville, une ville est née...

    Lancement d'une gamme premium alliant confort et qualité.

    A partir de 1995, Bata ouvre de nouveaux magasins en Russie, s'installe à nouveau en Europe de l'Est, puis ce sera la Chine en 2004.

    L'histoire continue mais s'est interrompue tristement en France.

    Les familles se sont senties trahies et abandonnées par "Le Père".

    Bataville, une ville est née...

    Bataville en Lorraine.

    En plein parc régional,   entre Nancy, Metz et Strasbourg, en 1932,Tomas installe une usine et sa ville ouvrière en pleine campagne, loin de tout et surtout des syndicats dont il ne voulait pas en entendre parler.

    2700 personnes vivaient dans cette cité jardin.

    En 2001, la fermeture de l'usine ébranle toute la région: "Une blessure industrielle" pour la lorraine, déjà frappée par les problèmes de Trailor(les remorques) à Lunéville, la crise de la sidérurgie, les crises minières...

     

    Visites en photo, à l'occasion d'une virée en moto...

    Bataville, une ville est née...

    Bataville, une ville est née...

     

    Le village compte tout juste 600 personnes actuellement.

    Une initiative d'un enfant du pays, meurtri par cette histoire, rêve de faire renaître de ces cendres ces lieux.

    On note une petite activité dans les locaux...

     

    Bataville, une ville est née...

     

    L'entrée de l'usine.

    Bataville, une ville est née...

     

    L'école.

    Bataville, une ville est née...

     

    Les villas.

     

    Bataville, une ville est née...

     

    Bataville, une ville est née...

     

    Les habitations collectives.

    Bataville, une ville est née...

     

    Bataville, une ville est née...

     

    L'église au milieu d'un pré...

    Bataville, une ville est née...

     

    Une vraie curiosité, une utopie que l'on touche du doigt dans cet endroit, une friche industrielle fière...

    Une trentaine de Bata Ville dans le monde!

    Je n'ai pas pu voir le port sur le canal, ni la gare...

    La cantine et le bâtiment d'usine sont inscrits aux monuments historiques,  et la cité au Patrimoine du XX° siècle.

    A vous de faire votre visite...Vous pouvez vous y rendre par Einville, Paroy, Lagarde, vous longerez ainsi le canal, puis direction Moussey.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire